Basècles : plus de 65 h d’effort sans dormir pour Pascal Biebuyck pour terminer le 1er Paris – Alsace

Pascal

Le Basèclois Pascal Biebuyck a réalisé une performance de haut rang en marche de grand fond. Ce samedi 6 juin 2015, peu avant 20h, il a franchi la ligne de l’épreuve de marche athlétique la plus longue du monde entre Paris et l’Alsace. Il s’est classé à une belle huitième place. Il a parcouru les 427 km reliant Neuilly sur Marne à Ribeauvillé en 65 heures 22 minutes et 50 secondes. Pascal n’a pas eu le temps de dormir durant son parcours. Il a du se battre contre le chrono. Les marcheurs sont obligés de passer des points de contrôles dans un certain délai. Le vainqueur de l’épreuve est un Russe, Dimitry Osipov qui termine l’épreuve en 55 heures 19 minutes et 4 secondes. Il devance le français Dominique Bunel, 60 heures 44 minutes et 13 secondes. Le belge Daniel Lhoest complète le podium en 61 heures 17 minutes et 13 secondes.

10848916_1602720680004999_3553821289067904910_o

Paris Alsace :samedi. Étape Plainfaing-Ribeauville. Arrivées

Posted by Europe Télévision on samedi 6 juin 2015

Le Baséclois, Pascal Biebuyck a donc réussi son pari. Franchir la ligne d’arrivée de cette difficile épreuve. Sa préparation était pourtant beaucoup moins importante que les autres années. “J’ai pris la décision de m’aligner sur l’épreuve il y a quelques mois à peine”, explique-t-il. Précisons que l’organisation de cette épreuve de marche athlétique a été reprise par une nouvelle structure (Marche Mythique Organisation). Entouré d’une équipe de 6 personnes, Pascal a tout donné pour terminer cette épreuve.

DSCN9533

“Le mercredi soir, nous sommes partis dans de bonnes conditions, j’ai franchi la ligne d’arrivée en 12e position après la première étape dans les rues de Paris. Nous avons ensuite repris le départ depuis Chateau-Thierry. Je suis arrivé dans les temps à Bar-le-Duc, mais je n’ai pas pu traîné en route.”

 

A Bar-le-Duc, tous les concurrents ont l’obligation de s’arrêter durant deux heures. ” Nous n’avons pas vraiment le temps de nous reposer. Le médecin vient nous ausculter. On se change et on vérifie l’état de nos pieds afin d’y faire les soins. Ce n’est pas évident.”

Paris Alsace vendredi matin

Posted by Europe Télévision on vendredi 5 juin 2015

Pascal Biebuyck a véritablement bien redémarrer après l’arrêt à Bar-le-Duc, mais il s’est blessé durant le parcours. Cette seconde étape devait le conduire à Epinal.

“J’ai glissé sur des gravillons dans une descente. J’ai alors contracté une pubalgie qui a été soigne par le médecin de course. Mais la chaleur était plus qu’au rendez-vous. Je pense que les autres concurrents ont encore plus souffert que moi. Les abandons se sont succédés dans la journée de vendredi et j’ai été obligé de me mettre toute la journée et la nuit contre le chrono. Je suis passé plusieurs fois à moins de vingt minutes de la fermeture des points de contrôles. Je suis arrivé vers 6h47 à Epinal alors que le point de contrôle se clôturait à 7h.”

Paris Alsace vendredi matin

Posted by Europe Télévision on vendredi 5 juin 2015

Durant le transfert vers la dernière étape qui démarrait à 10h, Pascal n’a pas eu le temps de dormir. “La dernière étape a démarré sous un beau soleil. J’ai monté le col du Bonhomme en une heure et quarante minutes, mais à cause de la pubalgie, j’ai beaucoup souffert dans les descentes et j’étais incapable d’accélérer. Vers 15h, j’ai eu droit à une grosse drache comme on en connait en Belgique. J’ai passé plus de deux heures sous la pluie. Heureusement, le ciel s’est éclairci avant de franchir la ligne d’arrivée accompagné par les motards. Je termine 8e en 65h22 à une moyenne de 6,53 km/h.”

Moins entraîné mais sans doute mieux dans son corps et dans sa tête, Pascal récupère vite. ” L’expérience des précédents Colmar m’a aidé. Lundi à 8 h, j’étais au boulot.”

Comments

comments