Tournai: les disques de 1/4 d’heure gratuit personnalisés ne sont pas valables

disque-quart-heure-gratuit-tournai

“Un citoyen m’a interpellé pour me dire qu’il avait reçu une redevance en zone payante alors qu’il avait utilisé son disque de quart d’heure gratuit personnalisé”, explique l’échevin en charge de la politique du stationnement, Armand Boite (MR). “Je crois que City Parking constate une recrudescence de ces disques personnalisés car des entreprises ont également utilisé le disque pour faire leur publicité.”

Customiser le disque du quart d’heure gratuit officiel, qui est toujours valide lui, c’est possible. “Mais il y a des règles à respecter. On ne peut pas faire n’importe quoi, d’autant plus que le logo de la Ville est utilisé”, explique Didier Panneels, responsable Voiries au sein de l’entreprise City Parking.

“La demande doit donc être validée par le collège communal et par le conseil communal. Et la décision doit nous être communiquée car nos agents travaillent en fonction des décisions prises par la commune. Or, aucune décision concernant ces disques personnalisés ne nous a été communiquée.”

Armand Boite acquiesce. “Tous les disques personnalisés qui circulent ne sont pas réglementaires. Il faut une autorisation officielle de la Ville, et c’est logique puisque l’on utilise déjà le logo de la Ville.”

“Le disque que j’avais offert respectait le canevas, le prescrit. Je m’étais même renseigné auprès du service juridique de la Ville”, souligne Philippe Robert (PS). “J’avais d’ailleurs offert ce disque en mai ou juin 2012. Les redevances tombent depuis quelques semaines…”

Face à cette confusion, Armand Boite a demandé au service juridique de la Ville de plancher sur le sujet.

Philippe Robert en a également parlé avec Armand Boite. “Il faut un moment d’adaptation. Il faut prévenir les citoyens que ces disques personnalisés ne sont plus bons au lieu de verbaliser aveuglément. Les citoyens ne doivent pas être pénalisés.”

En attendant, mieux vaut laisser les disques personnalisés dans les boîtes à gants.

Une info RTBF

Comments

comments