Tournai : bagarre entre réfugiés – 12 Syriens obligés de quitter le centre d’asile

Tournai centre asile expulsion

Ce jeudi 25 février 2016, douze Syriens ont été priés de quitter le centre d’accueil pour demandeurs d’asile de Tournai suite à une bagarre. Les règles dans un centre pour demandeurs d’asile géré par la Croix-Rouge sont strictes et les responsables y appliquent la tolérance zéro.

 

Ce mercredi 24 au matin, deux hommes se sont bagarrés au réfectoire en présence d’autres demandeurs. Il n’y a pas eu de blessés et les deux hommes se sont réconciliés, mais la direction a eu vent de la bagarre. Deux familles doivent donc quitter Tournai et seront relogés dans un autre centre.

 

En cas de non-res­pect des règles, on est illi­co trans­fé­ré vers un autre centre d’ac­cueil. L’un des deux hommes et sa fa­mille ont déjà quit­té Tour­nai.

 

Ils sont partis hier jeu­di en dé­but d’a­près-midi, di­rec­tion le centre d’ac­cueil d’Her­beu­mont-les-Fourches dans les Ar­dennes.

 

L’autre fa­mille s’ap­prê­tait à quit­ter Tour­nai, elle aus­si, pour un autre centre. Soit douze per­sonnes en tout, dont cinq en­fants sco­la­ri­sés dans le pri­maire à Tour­nai et un grand ado­les­cent dans le se­con­daire.

 

” Ces fa­milles étaient à Tour­nai de­puis sep­tembre, et il n’y a jamais eu de prob­lème avec elles”, expliquent les bé­né­voles actifs au sein de ce centre. Ces faits n’ont en tout cas rien à voir avec l’acte de vio­lence dont fut vic­time un membre du per­son­nel du centre en jan­vier der­nier.»

 

Di­rec­teur du centre de Tour­nai de­puis le 15 fé­vrier der­nier, Alain De­jon­ghe confirme toutes ces informa­tions. Dans le cas des deux fa­milles sy­riennes trans­fé­rées ce jeu­di, pour­quoi n’a-t-il pas fait preuve de sou­plesse, dès lors que les faits n’é­taient pas graves, qu’il y a eu ré­con­ci­lia­tion et qu’il n’y avait pas eu le moindre prob­lème avec ces gens avant ?

 

“En tant qu’­hu­main, moi aus­si je suis déçu et triste de ce nou­veau dé­ra­ci­ne­ment pour deux fa­milles qui di­saient bien se plaire à Tour­nai, et qui pour­raient venir s’y éta­blir dé­fi­ni­ti­ve­ment si le droit d’a­sile leur est ac­cor­dé”, s’est exprimé Alain De­jon­ghe au Courrier de l’Escaut.

 

” La déci­sion a donc été dif­fi­cile à prendre mais, en tant que di­rec­teur, je ne pou­vais pas faire au­tre­ment, si je veux gar­der la sé­réni­té dans un centre de 750 per­sonnes. Je ne peux permettre la moindre étin­celle – dans notre centre, c’est ex­pli­qué en long et en large, dans toutes les langues – et les fa­milles qui ont été trans­fé­rées l’ont bien com­pris. Les autres de­man­deurs d’a­sile aus­si l’ont bien com­pris. Il n’y a pas eu d’é­meute.”

 

Son hu­mani­té, ce directeur l’a ex­pri­mée dans la fa­çon dont les fa­milles ont été trans­fé­rées. Nor­ma­le­ment, on les met dans le train. Ici, on a été les conduire jus­qu’à leur nou­velle desti­na­tion, en te­nant no­tam­ment compte du fait qu’elles avaient ac­cu­mu­lé pas mal de ba­gages.

 

” L’inci­dent n’au­ra au­cune incidence sur leur dos­sier ni sur leur ac­cueil dans leurs nou­veaux centres “, in­siste Alain De­jon­ghe.

 

Se­lon ce der­nier, si l’on ex­cepte les faits de vio­lence avé­rée du mois der­nier, il n’y a eu que quelques ba­garres sans gravi­té de­puis sep­tembre. Mais toutes ont don­né lieu elles aus­si à une pro­cé­dure de trans­fert.

Comments

comments