Péruwelz / Leuze : Fabrice (35 ans) s’est donné la mort sous les yeux de son père

Fabrice suicide peruwelz juillet 2015

Le parquet de Tournai a confirmé que l’accident qui a eu lieu entre un piéton et une voiture ce mercredi 29 juillet 2015 au matin, vers 8h, au centre de Péruwelz était bien un suicide. La scène surréaliste a été décrite par le conducteur de la Fiat impliquée dans l’accident ainsi que par le père du suicidaire. Son fils s’est littéralement donné la mort sous ses yeux. La famille a d’ailleurs confirmé l’état dépressif de la victime. Il s’agit de Fabrice C. (35 ans) un habitant de Leuze-en-Hainaut.

Ce drame a suscité beaucoup d’émotions sur les réseaux sociaux, notamment parce que des enfants qui participent à la plaine de vacances au centre de Péruwelz ont été témoins de l’accident et que les moniteurs de la plaine ont été obligés de les consoler.

On a forcement du mal à comprendre les sentiments qui ont traversé la tête et l’esprit de Fabrice ce mercredi matin. Le drame qui s’est joué au centre de Péruwelz est plus que surréaliste.

Il est 7h30 ce mercredi matin quand Fabrice et son papa attendent l’ouverture du centre de prélèvement sanguin RP Lab installé non loin de la Grand-Place

Le papa de Fabrice tient dans ses mains une poche de sang qu’il doit déposer dans ce centre de prélèvement mis en place par la pharmacie Rasson.

Il est malheureusement trop tôt car le centre n’ouvre qu’à 8h. Fabrice et son papa en profitent pour remonter l’artère principale de Péruwelz. Ils regardent la vitrime d’un premier commerce avant de s’arrêter à proximité de la devanture du coiffeur Devroux.

Fabrice décide de remonter la rue en direction du centre de prélèvement alors que son père s’est arrêté. C’est à cet instant qu’un péruwelzien d’une soixantaine d’années traverse la ville en respectant les limitations de vitesse au volant de sa Fiat.

Pour une raison inexpliquée, Fabrice décide l’irréparable, il se retourne, descend du trottoir et se jette sous les roues de la petite Fiat de couleur blanche. Le conducteur surpris, n’a pas le temps de comprendre et de freiner. Il est trop tard. Tout s’est passé très vite. Fabrice décède sur le coup sous les roues de la petite voiture italienne.

Le frère de Fabrice, Nicolas, confirmera à un journaliste du Nord Eclair l’état dépressif de Fabrice. À ce stade, l’enquête ne semble faire aucun doute sur le geste désespéré du Leuzois. L’en­quête a ra­pi­de­ment pu dé­termi­ner que l’acci­dent était en réa­li­té un acte de désespoir.

L’après-midi des faits, le par­quet de Tour­nai a en ef­fet ex­pli­qué que l’­homme né en 1980 s’é­tait jeté sous les roues de la voi­ture. ” Au mo­ment des faits, il était ac­com­pa­gné d’un proche “, a affirmé Mme Al­goet, sub­sti­tut du pro­cu­reur du roi. ” Il a pu confirmer la thèse du suicide.”

Les pom­piers de Pé­ru­welz sont inter­ve­nus sur place mais n’ont rien pu faire pour sau­ver la vic­time. Le conduc­teur du vé­hi­cule qui cir­cu­lait à une allure nor­male a été mis hors de cause. For­te­ment cho­qué, il a été pris en charge par la cellule psycho­lo­gique de la zone de po­lice de Pé­ru­welz-Ber­nis­sart.

Wapi-Info.com présente ses plus sincères condoléances à la famille, aux amis et aux proches de Fabrice.

Comments

comments